Le Staff

Christian Magro et Emilie Guillot

L’équipe municipale :

  • Émilie Guillot : directrice du Service Culture de la ville des Pennes-Mirabeau
  • Christian Magro : directeur, régisseur, sonorisateur, employé municipal
  • Rémi Amadéï : régisseur, éclairagiste, employé municipal et bénévole

 


Le président d’Antre 2 Live :

  • Mickaël Allouche

 

. . . . . . . . . . . . . . . . Extrait du Pennois d’octobre 2015 . . . . . . . . . . . . . . . .

Depuis septembre 2014, Mickaël Allouche, le nouveau président de l’association Antre 2 Live a pris en charge la programmation de la salle municipale du Jas Rod. À la tête de Musikomania pendant 10 ans, autre salle de concert mais marseillaise, il met son expérience au service de la scène locale.

Comment s’effectuent vos choix de programmation des concerts ?

Mickaël Allouche : Il existait déjà, bien avant mon arrivée, un lien entre le Jas Rod et la scène locale que la Ville a souhaité voir se renforcer. Dès le début, j’ai poursuivi dans cette direction et le contact est très bien passé, que ce soit avec les groupes ou avec le public. La programmation se veut éclectique, rock pour une grande partie mais aussi pop, funk, jazz, reggae et electro. Nous accueillons essentiellement des groupes confirmés et une fois par mois, les soirées du Collectif – confiées au directeur de la salle, Christian Magro -, permettent à des groupes émergents de se frotter à l’expérience de la scène. Nous formons un binôme Christian et moi, notre parcours et nos goûts sont similaires et notre manière d’envisager le travail nous permet de bien fonctionner ensemble. Je dirais que nous avançons dans la même direction, ce qui est vraiment bénéfique pour la salle.

Chaque salle de concert est unique, qu’est-ce qui fait selon vous la spécificité du Jas Rod ?

M.A. : Géographiquement, nous bénéficions d’un emplacement stratégique à mi-chemin entre Aix et Marseille. En communiquant sur la facilité d’accès de la salle et sur l’existence d’un parking de grande capacité, nous souhaitons fidéliser de plus en plus de monde. Le public doit être convaincu de cet aspect pratique. En général, il suffit qu’il se déplace une fois pour l’être définitivement. Par expérience, je dirais que la salle du Jas Rod est l’une des plus belles de la région, les personnes qui y travaillent, ainsi que son équipement, lui confèrent une place de choix. Et puis, personnellement, je mise énormément sur la qualité de l’accueil des groupes afin qu’ils se sentent comme chez eux. Il n’est pas rare en effet que nous fassions des tablées gigantesques les soirs de concerts. On développe avec eux plus qu’une simple relation de travail : un véritable partenariat.

Comment attaquez-vous cette rentrée?

M.A. : Heureux, d’autant que l’équipe et moi-même avons beaucoup travaillé cet été pour rénover le bâtiment. La programmation est importante évidemment, mais la partie entretien des lieux l’est également. Nous avons pris nos pinceaux et repeint une bonne partie des locaux qui en avait vraiment besoin. La Ville a financé l’achat de nouveaux matériels : lumière, console son, vidéoprojecteur… et les premiers retours sont très encourageants.

L’avenir du Jas Rod, comment le voyez-vous ?

M.A. : L’idée est de continuer de travailler avec la scène locale tout en développant la programmation de têtes d’affiche internationales. Les atouts humains et matériels que nous avons la chance d’avoir, le réseau des contacts que j’alimente sans arrêt, la passion pour ce métier, devraient réussir à faire du Jas Rod l’un des passages obligés des tournées internationales.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le Jas Rod cherche toujours de nouveaux bénévoles pour accueillir le public et les artistes dans les meilleures conditions possibles. N’hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressés.